Ivan Jubert Guimarães
28.08.2006

 

Cette nuit j'ai eu un rêve, un joli rêve.
Je marchais parmi une jolie forêt et par une charmille ourlée de fleurs jolies et parfumées.
La rosée de la nuit rendait l'air froid, mais était agréable l'attente dont bientôt tu serait dans mes bras.
Tant que marchait calmement, m'attendant le moment de la rencontre, je sentais la chaleur de ton dernier baiser et entendait le murmure presque rauque qui me demandait pour ne pas aller bien que.
Quand j'ai regardé pour le ciel, la nuit était claire grâces à la luminosité du clair de lune, mais n'y avait presque pas d'étoiles parce que la rosée qui tombait m’empêchait la vision.
Quand j'ai rendu à abaisser les yeux je t'ai vu immobile près d'une kiosque à musique dont sortait une mélodie très jolie, bien que n'y avait aucun musicien en touchant.
Je me suis approché de toi, guidé par la luminosité de tes yeux, et j’ai pris tes mains froides entre les miennes.
Tes cheveux étaient humides dû à la rosée, les pommes de ton visage étaient rouges en contrastant avec le froid de la nuit.
J'ai étreint ton corps et là je t'ai eu, entière et nue, avec la chaleur de nos corps en fondant la rosée qui baignait les fleurs.
Après l'amour, j’ai te senti endormir dans mes bras et j'ai aussi fermé mes yeux en dormant avec toi.
Quand, enfin, la chaleur du matin m'a réveillé j'ai perçu que je n'avais pas été un rêve, donc tu continuait en dormant, si belle, dans mes bras.

 



Ivan Jubert Guimarães


Direitos reservados ao autor